L'Histoire du Moulin

Des très nombreux MOULINS A VENT plantés au sommet du sillon de BRETAGNE, il n'en subsiste plus aucun ayant conservé sa voilure et bien peu sont encore actifs après la modernisation.

 

Dominant ST ETIENNE DE MONTLUC, le moulin de Chaugenêts que vient épauler une minoterie bien équipée, est conservé comme le vestige d'un passé lointain par la famille LESCOT, où l'on est meunier et minotier par tradition. 
Quand, en 1930, Marcel LESCOT quitta le moulin de Bellevue pour continuer l'exploitation de celui de Chaugenêts, une grande VOILURE de 14 mètres entre les extrémités des vergues donnait une allure imposante à l'ancêtre... Depuis quand existe ce vieux moulin dressé à tous les vents, regardant à ses pieds toute la vallée de la LOIRE de NANTES à ST NAZAIRE ? Deux NOBLES personnages le douzième jour de Juin 1544, chez Nicolle NYCOLLON, habitante de la Paquelais le porte sur les fonds baptismaux par acte bellement rédigé : 

 

"En nos cours et juridiction de Nantes et de Vigneux en St Etienne de Montluc, ont comparu noble et puissant Joachim de SEVIGNE, seigneur de SEVIGNE, de Tréal et de Vigneu et noble homme messire Jehan de LANGLE, seigneur dudit lieu et de la Biliais qui font contrat. 
Par ce contrat, le seigneur de SEVIGNE baille, cède, quitte et transporte au seigneur de LANGLE, un lieu, endroit et emplacement convenable en une pièce de terre appellée le bout du grand CHOANNAY, proche le village de la petite haie. 
Le dit sieur de la Biliais y veut batir et édifier un moulin à vent, au lieu qu'il verra le plus propre, commode et profitable. 
Pour ce moulin, le seigneur de la Biliais et ses héritiers seront tenus de payer au seigneur de SEVIGNE et à ses héritiers, le devoir d'une paire d'éperons d'or; moyennant quoi il jouiront pleinement des revenus de ce moulin."

 

 

Ce moulin avait belle allure avec son étage à encorbellement. Il fut plus tard surélevé pour recevoir une VOILURE moderne. 
Qui fut le premier meunier de Chaugenêts ? On l'ignore. Dans les archives, on trouve en 1694 le nom de PERRAUD. 
Et la FAMILLE LESCOT ? 
Sur un jambage de la porte, on peut lire gravé dans la pierre le nom de Jean LESCOT , suivi d'une date indéchiffrable. Mais on sait que les LESCOT le prirent en bail de 1748 à 1760 (période où le moulin ne rapportera rien aux seigneurs !).. Il y a donc plus de 200 ans que cette FAMILLE est présente au moulin. 

A partir de 1645, c'est la fameuse MARQUISE DE SEVIGNE, héritière de la seigneurie du Buron, qui recevra l'hommage des seigneurs de LANGLE pour le moulin. La jeune veuve d'Henri de SEVIGNE fit un long séjour sur ses terres avant de regagner les fastes de la cour de FRANCE, a t-elle visité le moulin? 

La famille de la Billiais revendit le moulin à PIERRE LEFEUVRE en 1887 pour la somme de 9000 Francs. L'acte stipule que cette somme sera versée non en billets de banque, mais en OR et ARGENT... Le nouveau propriètaire le transmettra à son gendre FRANCOIS LESCOT. 
En 1930, les grandes AILES tournaient toujours...